Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Scierie_Virieu

Maisons de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

La roue à augets

Spectacle étrange qu’une roue à « augets » aux cotés d’une cheminée sur le flanc d’un coteau à la sortie du village de Virieu. Il faut remonter le temps pour en connaître l‘explication. C’est probablement dans les années 1880 que  Pierre Rabatel, né à Panissage, créa la scierie Rabatel aux abords du ruisseau de « Vaugelas ». L’installation comportait, outre une scie à grumes pour obtenir des plateaux, planches, poutres et bastaings destinés à la construction locale, un pressoir à huile pour transformer les noix récoltées dans la vallée. La scierie avait aussi une autre activité importante ; la fabrication des « galochons », ces ébauches de bois destinées à obtenir les semelles des galoches. Les galoches étaient ces chaussures à semelles de bois utilisées par des générations et des générations d’habitants de la vallée de la Bourbre comme beaucoup de français, jusque dans les années 1950.

 

La puissance nécessaire à l’entraînement des mécanismes provenait essentiellement de l’énergie hydraulique. C’est la force obtenue par le poids de l’eau emplissant par gravité les cinquante « augets » de la roue qui entraînait l’arbre de transmissions permettant de mouvoir les différentes machines. L’eau était collectée depuis le ruisseau de « Vaugelas ». Celui-ci prend naissance à une altitude de 570 mètres, sur le plateau de "Layat"  dominant le bourg et descend rapidement dans une gorge très resserrée et boisée autrefois en vignobles coté midi, en s'adjoignant sur sa gauche le ruisseau du "May" provenant du coteau adossé au château. Pour palier aux pénuries d’eau durant les périodes plus sèches – en été principalement – il fut adjoint une machine à vapeur dont l’énergie permettait alors d’entraîner les machines. Les déchets de sciage en étaient le combustible.  Une grande cheminée fut alors construite et elle remplit pleinement son rôle jusque dans les années 1960, date à laquelle la scierie cessa son activité. Seuls en subsistent aujourd’hui les vestiges de la roue à augets, de la pierre circulaire du pressoir à huile et la vieille cheminée.

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign