Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Maison_Vachon_de_Belmont

Maisons de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

Au n° 72 de la rue du château

Cette belle et imposante demeure a appartenue à une vieille famille dauphinoise, les Vachon. Le seigneur de Vachon de Belmont avait son fief à Belmont sur le canton du grand-Lemps. Il était aussi seigneur de l’Epinay sur la commune de Blandin.

 

En 1295, le noble Antoine de Vachon, sieur de Soivieux est nommé par la communauté de Virieu administrateur du bénéfice des âmes de l’hôpital de la Magdeleine à Chélieu. Antoine de Vachon combattit aux cotés de François 1er en 1510 à Marignan. C’est un de ses descendants, Jean de Vachon que l’on retrouve à Virieu comme possesseur des deux moulins établis sur les bords de la Bourbre dans les années 1568. A cette époque ce dernier était Conseiller au Parlement de Grenoble.  Les armoiries de la famille de Vachon, « de sable à la vache d’or » sont encore visibles sculptées dans un linteau de pierre d’une cheminée et contre la face d’un bassin de la propriété à Virieu. La famille de Vachon, fut l’une des plus illustres  familles de parlementaires du Dauphiné.

 

En remontant un peu moins loin dans l’histoire c’est dans cette maison que résida la famille Poulet ; exploitant une carrière au-dessus du village. Ils eurent la douleur de perdre deux de leurs enfants morts pour la France.

Léon fils aîné mobilisé pour « la Grande Guerre »,  sera tué au front le 8 août 1918 à l’âge de 21 ans dans le petit village de Louvrechy (Somme), au sud d’Amiens. Il repose au proche cimetière de Neuville-sire-Bernard.

La Seconde Guerre mondiale enlèvera à la famille un deuxième enfant, Jean, le 7 juin 1940 à l’âge de 26 ans, mort aux combats dans le village de Presle-et-Boves (Aisne), à 100 km du lieu où son frère aîné est inhumé.

 

Au lendemain de la déclaration de la guerre le 3 septembre 1939, les autorités réquisitionnaires les chevaux. C’est sous la halle de Virieu que tous les propriétaires du canton durent présenter leurs bêtes. Un capitaine accompagné d’un vétérinaire et du maire de la commune sélectionnèrent les chevaux les plus aptes pour les besoins de l’armée. Celui de la famille Poulet sera prélevé comme de nombreux autres. C’est au début de l’année suivante que Jean envoyé sur le front retrouvera son cheval qui le reconnaîtra lui aussi au son de la voix de son ancien maître, aucun des deux ne devaient revenir à Vireu.

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign