Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Maison_Passage_Sncf

Maisons de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

La maisonnette du garde-barrière.

Un métier totalement disparu qui a pourtant fortement marqué la vallée de la Bourbre et des milliers de communes de France. Il n’y avait pas moins de dix passages à niveau entre la commune de Le Passage et celle de Châbons. Sur chacun d’eux la vie s’organisait au rythme des convois, de jour comme de nuit.

 

Les voies ferrées traversent toujours les routes, et il faut toujours des barrières pour empêcher l’accès des véhicules sur rails au moment du passage des trains. Depuis 1954, dans la vallée, les barrières gérées sans la présence humaine se ferment automatiquement. Les maisonnettes de garde-barrière ayant servi de logement ont pour la plupart été démolies ou, dans l’attente de l’être, sont occupées par des employés de la S.N.C.F à la retraite.

 

Au début des premières barrières automatiques c’était avec une certaine appréhension que les automobilistes s’engageaient sur la voie ferrée, vous pensez ! «  il n’y avait pas plus de garde-barrière ! ». Cet homme ou cette femme, qui connaissait par cœur tous les horaires et tournait la manivelle pour nous laisser passer. Ce métier d’apparence facile «  usait son homme ! », il se répartissait en deux factions de douze heures. Une faction de jour, de six heures du matin à dix huit heures, durant cette faction, les barrières étaient toujours ouvertes et devaient être descendues cinq minutes avant l’arrivée du train. C’est le passage de celui-ci, sur une pédale située à 2500 mètres en amont du passage à niveau qui actionnait une sonnette dans le logement du garde-barrière.

 

La faction de nuit, de dix huit heures à six heures du matin était de loin la plus fatigante, douze heures sans dormir. Ce garde faisait sa faction non pas dans la maisonnette, qui elle était le logement permanent du garde-barrière de jour, mais dans une guérite d’environs 2,5 m de coté ayant pour tout confort une table, une chaise et un poêle à bois. La radio étant interdite, pour seule distraction la lecture. La nuit les barrières étaient toujours maintenues baissées et n’étaient ouvertes qu’à la demande, lorsque qu’une voiture se présentait devant la barrière. Un coup de klaxon, un appel de phare et le gardien sortait ouvrir la barrière et la refermait après le passage du véhicule. Sept jours de travail et un seul jour de repos, ce qui faisait que le dimanche de repos ne tombait que toutes les sept semaines.

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign