Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Maison_Maternite

Maisons de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

Une maternité à Virieu

Jusque dans les années 1940, les naissances se faisaient la plupart du temps à domicile, aidées en cela par les voisines, par des sages-femmes ou par le médecin du village. En 1941, compte-tenu du contexte de restrictions de la circulation et du rationnement des carburants imposés par l’occupant allemand, et aussi de la distance séparant Virieu des maternités de Bourgoin, de Voiron ou de Le Pont-de-Beauvoisin, toutes ces raisons ont emmené Marius Colomb à créer une maternité dans la vallée de la Bourbre.

 

C’est au numéro 23 de la rue du stade à Virieu, en lieu et place du Maréchal-Ferrand Joseph Chassignieux, que Marius Collomb fera construire en 1943 un édifice -  d’une facture audacieuse pour l’époque - destiné à devenir une maternité. C’est son épouse Yolande, qui tiendra cet établissement, ayant exercé jusqu’alors aux Abrets son métier de sage-femme. Cette maternité possédait tous les aménagements à l’égal des cliniques d’alors, salle d’accouchements et chambres adaptées.

 

Avant son ouverture les naissances enregistrées sur la commune de Virieu s’élevaient à cinq en 1941, trois en 1942 et à six en 1943. La maternité drainera à Virieu les habitants du canton, les registres de l’état civil du village montreront un pic significatif des naissances qui s’élèveront à cinquante-quatre naissances en 1944, cinquante en 1945 et quarante en 1946. Mais les contraintes normatives qui se mettent en places au lendemain de la seconde Guerre mondiale et le nombre assez faible d’accouchements réalisés ne permirent pas à la maternité d’être rentable et viable et elle fermera ses portes en 1947. Alors les naissances enregistrées sur les registres d’état civil de Virieu retomberont au nombre d’environs cinq par ans.

 

Pour la petite histoire, quelques dizaines d’années plus tard, André Bouchayer, descendant du grand industriel grenoblois Joseph Bouchayer fondateur de l’entreprise Bouchayer-Viallet, viendra y habiter et y finir ses jours.

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign