Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Maison_Ecole_Menagere

Maisons de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

Lorsque, en mai 1942, les premières sœurs de la Congrégation des « Ursulines du Cœur de Jésus agonisant » venant de Pologne ont pris la direction de la «  Maison du Repos de l’ouvrière » de Virieu, elles succédèrent aux sœurs de Notre Dame des apôtres. Elles reprenaient en même temps le cours ménager rural que celles-ci avaient organisé dans le cadre du « retour à la terre » préconisé par le gouvernement d’alors. Ensuite sera crée « l’école ménagère ». La rentrée de 1942-1943 se fit avec des jeunes filles que leurs parents cherchaient à mettre à l’abri pendant cette période troublée. La fin des hostilités permit enfin de réaliser concrètement le but premier du Foyer Rural : donner une formation à la fois pratique, sociale et spirituelle aux jeunes filles rurales de Virieu et des villages environnants, pour une préparation à leur vie de future d’épouse et de mère en milieu agricole.

 

En 1955, ayant eu l’opportunité d’acquérir une maison au 166 rue Carnot, au cœur du village, avec potager et verger, le Centre rural s’y installa. A la même époque la formation devenait dépendante du Ministère de l’Agriculture et les examens de fin d’année se passaient sous son contrôle. Des monitrices furent engagées. Le Centre ménager rural « Notre Foyer » perdura encore vingt ans. Mais les circonstances évoluaient, l’enseignement général obligatoire était devenu plus long, des centres d’État gratuits étaient nés. D’autre part, le diplôme de fin d’études, bien qu’officiel, ne donnait pas de débouchés de travail rémunéré. On décida la fermeture à la fin de l’année scolaire 1976-1977. La maison fut ensuite louée à une organisation caritative pour handicapés qui y demeura plusieurs années jusqu’à son utilisation comme maison de retraite pour les religieuses.

 

Il faut rappeler les bonnes relations entretenues par les religieuses avec les habitants, les visites aux malades, les soins aux personnes âgées de la région à la maison de retraite, pendant des années le patronage des enfants, plus tard la catéchèse, et l’aide spirituelle dans les paroisses environnantes. Les nombreuses années passées ensemble resteront toujours un souvenir heureux pour les quelques religieuses qui profitent d’une retraite bien méritée, et pour tous les habitants de la vallée de la Bourbre qui connurent les premières « Ursulines grises » et lièrent avec elles des liens d’amitié durables.

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign