Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Maison_Atelier_Galochier_01

L'Atelier Breillet
galochier de Virieu

Nos maisons ont une histoire...

 

Il est un bâtiment situé entre le n° 72 et le n° 124 de la rue du château à Virieu dont la porte donnant sur la rue est restée close depuis un demi-siècle. Ce cabanon pas plus grand qu’un mouchoir de poche à, de part son activité passée contribué à une activité ayant fait la renommée du village de Virieu et de la vallée de la Bourbre. C’est en effet là que Jean-Marie Breillet artisan cordonnier-galocher, « montait » les galoches pour la fabrique de galoches Blanc et Terrasse de Virieu.

 

La galocherie confectionnait la partie supérieure en cuir formant "la tige" et approvisionnait les semelles en bois "les galochons" qu’elle faisait fabriquer par les menuiseries de la Vallée. Les "monteurs" venaient enlever à la fabrique ces éléments et les assembler par clouage dans leur domicile.

 

Tout au long de la journée et jusqu'à des heures avancées de la nuit, l'on pouvait entendre, dans le cabanon de Jean-Marie le bruit caractéristique de son marteau enfonçant des milliers de pointes. Il en était de même dans de nombreux foyers de la vallée. Un signe que l'industrie de la galoche était importante est, que la livraison des pointes représentait un wagon entier en gare de Virieu. Dans les années 1920, l’activité de la galocherie était telle que la fabrication de ces chaussures à semelles de bois, s’exportait dans la France entière, ce qui faisait dire alors que "Virieu était la capitale de la galoche". La production employait plus d'une centaine de personnes dans la vallée. Mais, à partir de 1950, leur usage tomba  en désuétude et, en 1959, la galocherie dut fermer ses portes, mettant ainsi fin à une activité dont on a du mal aujourd'hui à en mesurer l'importance. Jean-Marie continua quelques temps son activité de cordonnier et un jour ferma la porte du cabanon à tout jamais. Verrons-nous un jour celle-ci ouverte à nouveau ? Peut-être ! …

 

 

Visuels

Précédente Accueil Suivante

Maisons de Virieu

Histoires des maisons

Ambiances

Façades, Portes et Fenêtres

Château de Virieu

Communs de Virieu

Communs de Pupetières

Halle_de_Virieu

Office du Tourisme

Mairie_de Virieu

Maison_Adolphe Pegoud

Maison_Annequin

Maison_Apprin

Atelier du Galochier

Maison du Galochier

Maison Billon du Plan

Maison Blanc

Maison de la Carrière

La Chapelle

Maison du Cinéma

Maison Conserves d'Oeufs

Maison de la Croix Loraine

Maison de l'École Ménagère

Maison Elysé Delphin

Emballage de Fromage

Maison de l'Épicerie

Maison de la Fonderie

Maison de l'Hôpital Militaire

Maison de l'Hospice

Maison de l'Hôtel Colomb

Maison de Jongkind

Maison de la Maternité

Maison de Passage Sncf

Maison Pierre Giacomino

Maison Réfugiés Bois

Maison Réfugiés Papazian

Maison Repos Ouvrières

Maison Rivat

Maison de la Sucrerie

Maison Vachon de Belmont

Scierie de Virieu

Tour Laiterie de Panissage

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign