Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Journal de Bord...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

Les Artistes

Johan-Barthold Jongkind

(1819 - 1891)

Circuit N°1
A la découverte du peintre Jongkind

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

 

Public :

Office de tourisme – Autocaristes - Groupes organisés – Associations

Matinée :

Café-collation d’accueil. Découverte du peintre Jongkind autour d’un diaporama commenté

Midi :

Apéritif + repas

Après-midi :

Découverte guidée du circuit patrimonial « Dans les pas de Jongkind » dans la vallée de la Bourbre - durée de 14h30 à 17h30

Prix :

32 € par personnes ( base de 35 personnes)

Contact :

Restaurant « La Guinguette » Cristelle et Pascal REY

Tél - 04 74 88 27 43

Courriel : laguinguette7@orange.fr

Site Internet : http://www.giteisere.com

Fiche détaillée du Circuit N°1

 

Circuit N°2
A la découverte guidée
du château de Virieu et du peintre Jongkind

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

 

Public :

Office de tourisme – Autocaristes - Groupes organisés – Associations

Matinée :

Découverte guidée du château de Virieu

Midi :

Apéritif + repas

Après-midi :

Découverte guidée du circuit patrimonial « Dans les pas de Jongkind » dans la vallée de la Bourbre - durée de 14h30 à 17h30

Prix :

33 € par personnes ( base de 35 personnes)

Contact :

Restaurant « La Guinguette » Cristelle et Pascal REY

Tél - 04 74 88 27 43

Courriel : laguinguette7@orange.fr

Site Internet : http://www.giteisere.com

Site Internet : http://www.chateau-de-virieu.com

Fiche détaillée du Circuit N°2

 

Circuit N°3
A la découverte guidée
du château de Pupetière et du peintre Jongkind

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

 

Public :

Office de tourisme – Autocaristes - Groupes organisés – Associations

Matinée :

Découverte guidée du château de Pupetière

Midi :

Apéritif + repas

Après-midi :

Découverte guidée du circuit patrimonial « Dans les pas de Jongkind » dans la vallée de la Bourbre - durée de 14h30 à 17h30

Prix :

33 € par personnes ( base de 35 personnes)

Contact :

Restaurant « La Guinguette » Cristelle et Pascal REY

Tél - 04 74 88 27 43

Courriel : laguinguette7@orange.fr

Site Internet : http://www.giteisere.com

Site Internet : http://www.pupetieres.jimdo.com

Fiche détaillée du Circuit N°3

 

 

Jongkind
Précurseur de l'impressionnisme

 

Johan Barthold JONGKIND, est né le 3 juin 1918, à Latrop, un hameau situé aux confins des Pays-Bas, tout près de la frontière allemande. Après neuf ans d’études à La Haye, il est invité en 1846, par Eugène Isabey dans son atelier à Paris et il quittera sa Hollande natale. Ce peintre de la mer et des bateaux trouva en Paris un merveilleux élément liquide : « La Seine ». Jongkind découvre la Normandie en 1850 lorsqu’il accompagnera Eugène Isabey dont les tableaux de bateaux l'ont séduit et qui se rend, durant l'été, sur le littoral de la Manche.

 

Il resta neuf ans à Paris .Ce furent des années difficiles, de bohème et de vaches maigres .L’Exposition Universelle de 1855 ne lui apporta aucune récompense pour les trois œuvres exposées .Il se sent alors trahi et repart pour la Hollande. Pendant les cinq années où il va rester en hollande Jongkind il va se consacrer exclusivement à son travail mais il ne reçoit pas l’accueil escompté. Sa détresse physique et morale ne cesse de grandir. En 1860 ses amis peintres parisiens le font revenir à Paris. Il fait la connaissance de Joséphine Fesser, qui vivait séparé de son mari. Elle va devenir son ange gardien et son amie, va lui assurer une vie plus stable et équilibrée. La peinture de Jongkind commence à être appréciée. Il s’épanouit et les commandes affluent.

 

En 1862, Jongkind revient en Normandie et séjourne au Havre et à Saint-Adresse. Mais c'est finalement à Honfleur, l'année suivante, qu'il trouve le véritable point d'attache de ses séjours normands. Le port, son phare et sa jetée de bois deviennent dès lors le sujet de très nombreuses peintures et eaux-fortes.

 

Après l'avoir aidé à s'installer à Paris, rue de Chevreuse, Joséphine Fesser propose à Jongkind, au cours du mois d'août 1861, de l'accompagner en Nivernais. Elle va alors rendre visite à son mari, Alexandre, qui travaille comme cuisinier chez un châtelain de la région. La découverte de la campagne nivernaise est pour l'artiste une révélation.

 

Jongkind
Lieu de mémoire en Dauphiné

 

De nombreuses rues et places, tant en France que dans le département de l’Isère, portent son nom. Tel un quai à Grenoble, une avenue à La Côte-Saint-André, un square à Virieu etc. Les plus célèbres musées européens, à La Haye, Cologne ou Paris, ont accueilli ses oeuvres pour des expositions prestigieuses. En 2009, une exposition de grande qualité a été organisée à La Côte-Saint-André regroupant 150 œuvres de Jongkind.

 

Il ne fait plus de doute que Johan Barthold Jongkind est aujourd'hui reconnu comme l'un des grands maîtres de la peinture du XIXème siècle. C’est pour rendre hommage à celui qui se définissait lui-même comme « Paysan dauphinois », que de nombreux lieux de mémoires lui ont été consacrés en Dauphiné.

 

 

Jongkind
Dans la Vallée de la Bourbre

Au début de l’été 1873, Jongkind arrive en gare de Châbons (Isère), c’est la première fois qu’il vient dans le Dauphiné. Il est attendu au Hameau de Mallein sur la commune de Virieu. Il accompagne son amie Joséphine qui vient rendre visite à son fils. Au cours de l'année 1871, le jeune Jules avait rejoint son père pour travailler à ses côtés dans les cuisines du château de Pupetières, propriété de la famille De Virieu. En 1872, il épouse Pauline, la fille du régisseur du château, avec qui il s'installe dans une maisonnette du hameau de Mallein qui surplombe le château. C’est dans cette maisonnette qui domine le château de Pupetières, que Jongkind et Joséphine passeront désormais tous les été de 1873 à 1878. Celui que les enfants appellent « le Père jonquille » arpente la vallée de la Bourbre et plante aquarelle au fil des sentiers et de son inspiration des centaines d’œuvres.

 

Jongkind a peint de nombreuses vues de la vallée de la Bourbre, de Châbons à Virieu, en passant par Burcin, Blandin ou Panissage. Il a sans doute choisi de se consacrer à la peinture de paysage sous l’influence d’Andreas Schelfhout, peintre paysagiste hollandais, son professeur à l’Académie Municipale de La Haye.

 

Ici, le peintre mène une existence paisible, bien entouré de Joséphine et des siens qui sont devenus au fil du temps sa famille d'adoption. Il ne tarde pas à se lier d'amitié avec les habitants du hameau : Garampon, le jardinier du château, le garde chasse, Madame « Lagarde », la nourrice des enfants Fesser, ou encore les paysans qui cultivent les champs aux alentours.

 

« … Cette année, comme l’année précédente, j’ai été quatre mois dans le Dauphiné, entre Lyon et Grenoble, où j’ai trouvé la nature splendide … » Lettre de Jongkind à son ami peintre Eugène Smits, Paris, 1875

 

Jongkind et Joséphine Fesser avaient pris l’habitude de passer l’été dans la Vallée de la Bourbre et l’hiver à Paris. Le 17 août 1874 l’artiste aquarelle la place du Trêve dans le bourg de Virieu. C’est à son retour à Paris qu’il en exécutera une huile sur toile dans son atelier de la rue de Chevreuse.

 

En août 1878 Jules Fesser achète une propriété à La Côte-Saint-André, « la Villa Beauséjour ». La maisonnette du hameau de Mallein à Virieu était devenue trop étroite pour le foyer. C’est peu à près que toute la famille et Jongkind migrèrent à La Côte-Saint-André.

 

Jongkind
Dans la Plaine de la Bièvre

 

En août 1878 Jules Fesser achète une propriété à La Côte-Saint-André, « la Villa Beauséjour ». La maisonnette du hameau de Mallein à Virieu était devenue trop petite pour la famille. En même temps, il acquiert le bâtiment attenant dans lequel il aménage un logis et un atelier pour sa mère et Jongkind.

 

Jongkind a peint de nombreuses vues aux alentours de la Côte St André, à Sardieu, Champier, Penol ou encore Gillonnay et Balbins. Comme à son habitude, il arpentait inlassablement les coteaux et la plaine de Bièvre, un carnet de croquis à la main, reproduisant sur le vif les paysages qui le séduisaient. La plaine de Bièvre, avec ses larges étendues, et l’exceptionnel panorama sur les Préalpes ont fourni matière au paysagiste. Grand voyageur, accompagné de Joséphine, il se rendaient souvent à Grenoble, Marseille, La Ciota, Lyon, c’est à Lyon, qu’ils réalisera une aquarelle à la célèbre Brasserie Georges. La table numéro 21 est toujours témoin de ses nombreux passages

 

Jongkind souffrait de troubles psychologiques depuis plusieurs années et sa santé s’affaiblissait au fil du temps. Le 27 janvier 1891 on diagnostiqua un « délire partiel portant sur des idées de persécution », qui l’affectait depuis environ un mois presque quotidiennement. Il est interné à la maison de santé Saint Robert à Saint-Egrève afin d’y suivre un traitement mais n’y restera finalement que peu de temps puisqu’il meurt subitement le 9 février à l’âge de 72 ans. Le 23 novembre de la même année, Joséphine, qu’il appelait son « bon ange » venait le rejoindre.

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

 

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

Circuit N°1 Circuit N°2 Circuit N°3

 

Les Artistes

Peintres

Stéphanie de Virieu 1

Pierre Bonnard Galerie

Jongkind 1 2 3 4 5 6 7 8

Pierre Giacomino Galerie

Jean-Paul Gautier Galerie

Anne Kullaf Galerie

Erin Hill Galerie

Suzanne Lenoir Galerie

Richard Cole Galerie

Poètes

Anna de Noailles Galerie

Lamartine Galerie

Charles Gounod Galerie

Comédiens

Francis Frappat 1 2 3

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign